ÉVANGILE « Des fleuves d’eau vive couleront » (Jn 7, 37-39)

Au jour solennel où se terminait la fête des Tentes, Jésus, debout, s’écria : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive, celui qui croit en moi ! Comme dit l’Écriture : De son cœur couleront des fleuves d’eau vive. » En disant cela, il parlait de l’Esprit Saint qu’allaient recevoir ceux qui croiraient en lui. En effet, il ne pouvait y avoir l’Esprit puisque Jésus n’avait pas encore été glorifié.

HOMELIE

Quand Dieu envoie Son Souffle, la CRÉATION renaît

Quand on rénove une maison en changeant complètement sa façade, on dit qu’elle est devenue comme neuve. Le mot « neuve » n’est qu’un moyen de le dire, car la maison est encore ancienne, mais avec une nouvelle apparence. Ce que l’Esprit de Dieu fait en nous, ce n’est pas une rénovation de façade, nous ne sommes pas une vieille maison réformée, mais nous sommes recréés en Christ, renaitres et renouvelés; nous devenons de nouvelles créatures, parce que nous sommes en Christ.

Saint Luc nous décrit l’événement de la Pentecôte dans un langage très imagé: il nous parle d’un violent coup de vent et de « langues qu’on aurait dites de feu ». Alors « tous furent remplis de l’Esprit Saint ».

Désormais tout est changé dans la vie des disciples. Ils n’ont plus peur de ceux qui ont fait mourir Jésus sur la croix; bien au contraire, ils sortent au-devant de la foule; ils se mettent à proclamer « les merveilles de Dieu ».

Saint Luc nous montre cette foule rassemblée devant les apôtres. Chacun les entend dans sa langue maternelle. L’Évangile est pour tous les peuples du monde entier; il doit être annoncé à tous, enfants, jeunes et adultes, malades et bien portants. Nous sommes poussés à sortir « sur les places et sur les parvis » pour y chercher tous les amis de Dieu. C’est une priorité absolue. Dieu veut que tous les hommes soient sauvés. C’est pour tous que Jésus a livré son Corps et versé son sang sur une croix. Notre mission n’est pas de « faire croire » mais de témoigner de cette bonne nouvelle. Beaucoup le font jusqu’au martyre.

Nous avons vu que dans cette foule, chacun les entend dans sa propre langue maternelle. Ce nouveau langage c’est celui de l’amour. Au matin de la Pentecôte, les apôtres sont remplis de l’Esprit Saint. L’amour qui est en Dieu les a envahis. Il en est de même pour tout chrétien baptisé et confirmé. Notre capacité d’amour est habitée par l’amour même de Dieu. Nous sommes créés à l’image de Dieu et appelés à lui ressembler.

Mais cette image de Dieu est trop souvent salie par notre péché et celui du monde : la violence, le racisme, la rancune et l’égoïsme sont bien présents. Dans ce cas, notre vie devient un contre-témoignage. Mais c’est là, quand tout va mal que nous devons nous tourner vers le Seigneur: nous le supplions de nous envoyer son « Esprit qui renouvelle la face de la terre ». Cet Esprit d’amour vient nous rappeler que le mal n’aura pas le dernier mot. C’est le feu de l’amour qui vaincra la mort et le péché. Le monde divise mais l’Esprit unit.

Dans l’Évangile de ce jour, nous avons entendu les paroles de Jésus au soir du Jeudi Saint. Il annonce à ses disciples qu’il ne les laissera pas orphelins. Il leur enverra l’Esprit Saint. Mais avant toute chose, il leur demande de l’aimer et de garder ses commandements. Quand il parle de « commandements », il ne s’agit pas de contraintes mais de paroles qui sont celles « de la vie éternelle ».

L’Esprit Saint envoyé par le Père au nom de Jésus va tenir son rôle auprès de ceux qui l’aiment. Son rôle c’est « d’enseigner » toute chose. Il vient nous rappeler tout ce que le Christ a dit et fait. Mais ce n’est pas seulement un « aide-mémoire ». Le plus important c’est de prendre conscience de la portée des paroles et des gestes de Jésus pour notre monde d’aujourd’hui.

La Pentecôte nous invite à nous ouvrir à cet Esprit qui nous fait devenir des témoins et des messagers du Christ et de son message d’unité et de paix. C’est ce que nous dit la séquence de la fête d’aujourd’hui : « Viens, Esprit Saint en nos cœurs… Assoupli ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid. Rends droit ce qui est faussé. »

Seigneur, allume en nous un feu qui brûle nos cœurs, afin qu’en cette PENTECÔTE s’unissent les vivants du MONDE ENTIER.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.